Huawei / Université Aube Nouvelle : La « Graine de l’Avenir » fait cinq heureux étudiants

Huawei / Université Aube Nouvelle : La « Graine de l’Avenir » fait cinq heureux étudiants

L’entreprise chinoise Huawei et l’université Aube Nouvelle (U-AUBEN) s’accordent pour renforcer les compétences pratiques des étudiants dans le domaine des TIC. Cette volonté s’est matérialisée à travers le programme « Graine de l’Avenir » qui va permettre à cinq étudiants de cette université de faire une immersion à Huawei University en Chine. La signature du partenariat a eu lieu le 7 septembre 2017 à l’U-AUBEN.

  L’un des maillons faibles du Burkina Faso dans la lutte contre le chômage est incontestablement la formation professionnelle. Elle est très peu développée. Conséquence, après des études universitaires, l’insertion socioprofessionnelle des étudiants devient problématique. De nos jours le numérique offre d’innombrables atouts, alors que la fracture numérique reste béante. Huawei et l’université Aube Nouvelle souhaitent donc changer la donne en maximisant leurs efforts sur la formation, surtout celle pratique ; d’où l’initiative du programme « Graine de l’Avenir ».

L’ambition affichée est d’identifier les meilleurs étudiants dans le domaine des technologies de l’information et de la communication pour qu’ils participent à des séances de formation. Concrètement, à travers cette convention, Huawei va de prime abord s’intéresser au profil des étudiants de cette université et formuler des critiques. En outre, le géant chinois dans le domaine des technologies va apporter son expertise à cet établissement qui est, de par le nombre de ses étudiants, la plus grande université privée du Burkina.

Le programme « Graine de l’Avenir » est une « aubaine pour la jeunesse burkinabè », a reconnu le ministre de la Jeunesse et de l’Insertion professionnelle, Smaïla Ouédraogo (au centre).

D’ores et déjà, cinq étudiants d’Aube Nouvelle s’envoleront à destination du pays de Mao Zedong pour une immersion à l’université de Huawei et d’autres de renommée à travers la Chine. Pour le directeur pays de la société, Loïse Tamalgo, l’objectif ultime est qu’à l’issue de leur formation ces apprenants soient ‘’directement consommables’’ sur le marché très disputé de l’emploi ou même qu’ils puissent s’autoemployer. Autre bonne nouvelle, il a promis que le programme s’étendrait à l’ensemble du territoire dans les années à venir. La cerise sur le gâteau, c’est qu’un « stage chez Huawei finit généralement par un recrutement », a confié Loïse Tamalgo.

Le constat étant en effet que bon nombre d’étudiants recrutés pour un emploi pointu n’ont généralement pas les aptitudes requises pour exercer convenablement la tâche à eux confiée. Et l’hôte d’Aube Nouvelle de témoigner qu’il arrive que Huawei recherche vainement des compétences locales. L’entreprise est alors obligée de se tourner vers d’autres pays.

Source : L’Obervateur paalga
Photos : L’Observateur paalga

Tu pourrais aussi aimer

العربية AR English EN Français FR Español ES